Presse et  Critiques d'art.    l'Artiste   Accueil   Liens

2017... LA Rochelle, Londres, Chicago...

Expo au "Temps Art et Thé"   jusqu'en juillet 2016, puis La Rochelle...

Exposition  boulevard Béranger à Tours 2014

Tours  Salon du 11 au 14 novembre 2010  


   12 ans après sa création, L’Art au Quotidien s’est positionné comme un événement majeur de l’artisanat en France, grâce à la fidélité du public et au soutien de ses partenaires.

   Au-delà d’une vitrine de l’artisanat d’art et de la création, L’Art au Quotidien est une alchimie de convivialité, de beauté créative, de rencontres, d’échanges... Des instants privilégiés aux termes desquels les visiteurs font le plein d’idées nouvelles.

   Pendant 4 jours, plus de 200 artistes et artisans venus de la France entière présentent leurs créations. Certains travaillent sur place et font découvrir la beauté du geste qui guide leurs mains, façonne les objets et donne de la noblesse au quotidien. Cet événement agit également comme un révélateur de talents, un formidable pied à l’étrier pour des jeunes artisans qui confrontent leurs créations au regard du public

Le peintre avec ses clients, avec Pierre Blanchard peintre dans un hommage à Barbara et, Alain Cantarel sculpteur. 

    _______________________________________________________

   Si sa première exposition remonte à 2002 à Vineuil, il en a réalisé bien d’autres depuis : galerie des Arches Paris Marais, puis Rome, Barcelone, Florence, New York, avec de nombreux prix.
« Les vignettes de tous les pays de mon grand-père philatéliste m’ont donné l’envie de parcourir le monde. »
Dans ses tableaux, il y a toujours quelque chose d’autre à voir derrière la surface. A Venise, des couleurs qui ne sont pas celles de l’Italie. Vers Assouan, une apparition voilée d’Akhenaton !

Alain Vildart  

 la Nouvelle République. 

Blois ...

JAZZ.... 

                 

Alexandre Poussin - Céline Josset  - Alain Coudert  - Antonio Malmo

_______________________________________________________

Xavier Sterke me réconcilie avec le cubisme car il le féminise, en rondeurs, en finesse, en souplesse. Avec lui il devient un jeu de lumière, une variation chromatique, un piège frisant le trompe l'oeil. Son cubisme est une grille de lecture du vivant, comme s'il promenait son regard sur le monde avec des exponentielles et des hyperboles, des fractales et des rapporteurs d'angles pour en percer les secrets architectoniques. Avec Xavier Sterke le cubisme devient organique. Car il ne viole pas le vivant, car il le fait danser.

Sa reconstruction anime, ses natures ne sont pas mortes. Et c'est ce qui me fait l'aimer. Son cloisonnement décloisonne comme les vitraux de la cathédrale de Chartres libèrent la lumière, son cubisme se veut plus kaléidoscopique qu'atomique, sa reconstruction du réel est plus en mosaïque qu'en analyse. Rien de tordu chez lui. Même s'il n'y a que des courbes. Quoi de plus morne et triste qu'un tas de violon marron décomposé sur des journaux gris et de la vaisselle cassée. Pas de ça chez Sterke. 

 Braque et Picasso ont pu être influencés par l'Afrique mais ils n'en n'ont retenu que des masques figés, hiératiques et mortuaires, alors que les masques africains était faits pour danser, pour prier, pour vibrer. De l'Afrique, Sterke nous rapporte la lumière. Une chaude lumière, pleine de poussière enflammée, d'ocres et de beurres orangés. La chaleur des fruits mûrs gorgés de soleils. Et c'est une des vertus de ses tableaux.

 Sur un mur blanc, dans la froideur des crépuscules hivernaux, ils déversent des quantités de calories, dansent sur les murs, apportent cette énergie et cette joie si propres à ce continent. Il y a de l'arlequin et du pâtissier chez cet homme : du sucre, de l'amande et du carnaval, des femmes, des fruits et de la fête. Ni cimetières, ni Guernica.

Ah ! Ses focs de felouques sur fond de blocs de granit d'Assouan ! Les colombes de Valéry peuvent bien s'envoler...

Alexandre POUSSIN - AFRICA TREK  

Africatrek

Medias 

France 2 avec "thé ou café"

_______________________________________________________

Xavier STERKE,

Une Figuration Recomposée.

La géométrie figurative colorée qui s’exprime dans les toiles de Xavier Sterke déploie des lignes de forces invisibles qui façonnent une architecture émotionnelle.

Les enchevêtrements des formes, loin de créer un état de confusion, génèrent une harmonie stimulante. C’est avec un plaisir non dissimulé que l’artiste dilate les volumes, déforme les perspectives de leurs fonctions habituelles, et détourne les éléments figuratifs à l’avantage de sa vision très personnelle du réel. Il établit ainsi une introspection de ses sujets, cherchant à pénétrer les révélations à la fois graphiques et sensibles qu’elles recèlent. La recherche approfondie du rapport des couleurs entre elles intensifie cette investigation en lui apportant la force de leur potentiel émotif. Ses affections pour l’art oriental alimentent la richesse de ses qualités de coloriste averti, sans pour autant influencer sa démarche initiale. Xavier Sterke achemine sa volonté créative vers une esthétique poétique atypique en parvenant à plonger au cœur de l’essence des choses. Il ondule, courbe, souligne, éclaire, adoucit aplats et lumières à sa guise, sans pourtant déstructurer la cohérence de ses sujets. Son écriture invente une abstraction lisible et compréhensible qui touche nos sens et notre âme en même temps. Il règne au sein des œuvres de Xavier Sterke une plénitude et une force d’évocation qui rassemble nos sentiments parfois dispersés, en créant un climat de complicité entre lui et nous par la vérité de sa démarche artistique.

Le prix « Univers des Arts », qui lui a été décerné lors du Salon de la Société Nationale des Beaux Arts au Carrousel du Louvre en 2005, souligne un talent confirmé.

Par Céline Josset

Magazine « Univers des Arts » Mai 2006

_______________________________________________________

Présentation par Antonio MALMO.

Critique international. Expert en Art Contemporain. Correspondant de « Il Pungolo ».

Académie de Firenze. Corrispondente Nationale dell’Assaciazione Storica .

Approfondir sa peinture peut signifier un voyage mystérieux et fascinant dans les méandres de sa sensibilité, de sa recherche de nouveaux modèles expressifs, de nouveaux et variés débouchés pour mieux exprimer ses idées, ses intéressantes propositions.

C’est comme une invitation, la sienne, à aller bien outre l’image proposée, immédiate, comme dire avec tranquillité et calme, nous pouvons approfondir son message, sa capacité d’imaginer, de rêver, de passer outre les limites, les frontières concrètes de la réalité environnante.

Tout cela transparaît, brille, reluit même dans ses délicates « natures mortes » ou « natures silencieuses » comme préférait les nommer le Maître George De CHIRICO.

Sa peinture comme nous pouvons l’admirer, est rythmée par de fantasques scansions de signes et pièces chromatiques, habilement composés sur la toile et pour tout cela le sens visuel s’équilibre. Les différentes facettes de ses toiles sont marquées et caractérisées par une admirable puissance créatrice et expressive et par une remarquable capacité et maîtrise de composition.

Je ne serai pas certainement démenti quand j’affirme que notre artiste s’exprime avec originalité et fraîcheur d’images et qu’il mérite les plus amples consentements de la part du public et de la critique, à niveau international.

 

AD MELIORA !!! Avec estime. Antonio Malmo. Caivano

_______________________________________________________

Xavier Sterke, vu par Alain Coudert, Art actualité magazine

La courbe et l'arabesque

 

Xavier Sterke ne se contente jamais de ce qu'il peut obtenir simplement. Il a l’exigence de toujours regarder par-delà les apparences, au coeur même de la matière, là où se dévoilent les arcanes les plus secrets du sentiment que le regard sur ses toiles suscite. Il évite l’effet et ne laisse qu’une part ténue au hasard.

 La démarche de coloriste de Xavier Sterke est clairement influencée par son attirance pour l'Orient et sa passion de la culture japonaise dont il pratique l'art floral, l'Ikebana. Travaillant sur des camaïeux de couleurs méditerranéennes portées par une gamme de terres et d’ocres, jaunes, rouges, bruns, qui rappellent parfois les mosaïques byzantines, sa palette l'entraîne, par-delà son sujet, vers un imaginaire qu'une grande sensualité allège des contraintes de la création. Inspiré par un cubisme heureux, le monde de Xavier Sterke est celui de la courbe et de l'arabesque. La courbe révèle la sensualité de ses sujets. L'arabesque, quant à elle, traduit l'inspiration orientale du peintre et sert, en même temps, à voiler le sujet.

Par exemple, explique le peintre, dans mes oeuvres sur l'univers des femmes, je cherche à transmettre une sensualité intellectuelle à l'adresse de nos mères, compagnes et amies, une sensualité valorisante et poétique, qui soit hommage et respect. "

 Il s'agit de capter le spectateur par la couleur, de le convier au voyage et de le laisser découvrir le sujet par lui-même. " Aujourd'hui, estime Xavier Sterke, je crois qu'il convient de sortir de la pure matière qui conduit la peinture au suicide collectif. Je suis un funambule qui ne veut tomber ni dans l'abstraction ni dans la figuration. " Il revendique, l'importance de l'imaginaire et le plaisir de la découverte. La peinture ne doit pas être simple objet de consommation et de plaisir immédiat, aussitôt consommé, aussitôt rejeté… Le spectateur doit faire l'effort de trouver, de créer au besoin, le chemin qui le conduit à l'œuvre, avant d’éprouver le bonheur de vivre avec.

Alain Coudert. Critique d’Art. Paris

Accueil

_______________________________________________________

Copyright © [sterke]. Tous droits réservés.
 
un compteur pour votre site
.